Alain BODET – VFE (Vendée Fluides Energies)

Proximité et responsabilité sociale et sociétale, modèle managérial simple et orienté sur l’homme et la confiance… tels sont les ingrédients du progrès, cultivés par Alain BODET et Pascal DUGAST, codirigeants de VFE depuis sa création, il y a 12 ans.

Les deux hommes se rencontrent d’abord chez MAINGUY, entreprise du grand ouest opérant dans les réseaux de Fluides et d’Energies. Ils y évoluent et apprécient la direction avec laquelle ils partagent les valeurs et les règles de confiance, et participent au développement de l’entreprise sur la Vendée. En 2004, c’est le changement profond lorsque MAINGUY est vendue à ETDE, filiale de BOUYGUES CONSTRUCTION. Les valeurs diffèrent alors totalement de celles d’une entreprise familiale. Portés par un besoin de retour à une dimension humaine, Pascal DUGAST et Alain BODET quittent l’entreprise et créent VFE. De suite, ils saisissent une opportunité d’accès au marché du SYDEV (Syndicat des Energies Vendéenne pour les collectivités territoriales), avec l’ambition de se développer rapidement pour satisfaire la demande. En juin 2007, ils remportent le marché qui nécessite la mise en poste de plus de 30 personnes, défi qu’ils relèveront sans encombres, soutenus et accompagnés par les réseaux Entreprendre Vendée et Initiative Vendée. 12 ans plus tard, VFE compte 120 salariés dont la moyenne d’âge est de 35 ans, chacun des nouveaux collaborateurs venant apporter sa dynamique dans cette véritable aventure humaine.

 

Entreprise identifiée dans la conception, la réalisation et la maintenance de Réseaux de Fluides et d’Energies, de Génie Electrique, VFE s’adapte au marché et évolue. En 2009 elle lance l’activité Nouvelles Energies (Solaire Photovoltaïque, puis la Méthanisation, la maintenance dans l’Eolien). Pour se structurer, elle crée en 2011 un poste QSE/RSE (Qualité, Santé, Environnement / Responsabilité Sociétale des Entreprises), démarche orientée valeur humaine dans l’entreprise et qualité de son management. Et en 2012, elle lance l’activité Génie Thermique et Climatique. Toujours dans son ambition de performance, d’efficacité, d’agilité et de durabilité, elle adopte, en 2013, la démarche LEAN, une méthode d’optimisation pour réduire les gaspillages (matériel, déplacement, temps de production). Puis, en 2016, afin de préparer le départ en retraite de Pascal DUGAST sous 3 ans, elle organise la gouvernance par pôles métiers et pôles supports et en nomme des responsables, en accompagnant la montée en compétences des talents internes.

Engagée dans une forte démarche d’amélioration et de progrès depuis 6 ans, l’entreprise est aujourd’hui certifiée Iso 9001 (Qualité), Iso 14001 (environnement), certifications obligatoires pour candidater sur les marchés du Solaire Photovoltaïque, une véritable opportunité pour structurer l’entreprise, augmenter sa performance et impliquer ses hommes. Parmi ses références, dès 2009 VFE réalise pour Vendée Energie (SEM de production et de distribution d’Energies Renouvelables), la conception et la réalisation de centrales photovoltaïques en toiture, puis au sol, sur d’anciens centres d’enfouissement (4 en Vendée). Ces surfaces, impropres à la culture et inutilisables pendant plusieurs années, produisent alors de l’énergie verte ensuite réinjectée sur le réseau public. Plus récemment, pour 4 magasins Leclerc de Vendée (Le Poiré sur Vie, Olonne sur Mer, La Roche-sur Yon et Les Herbiers), VFE conçoit et réalise 4 centrales solaires photovoltaïques en autoconsommation, une technologie apportant réduction et maitrise de la facturation d’énergie, puis autonomie énergétique.

RSE dans ses valeurs, VFE évolue naturellement dans sa démarche environnementale par l’organisation du tri et la collecte de ses déchets organisée dès ses premiers jours. Aujourd’hui au nombre de 25 tris de déchets, elle en compte 6 de plus depuis son implication en 2018 dans l’Association RUPTUR, dont Alain BODET est heureux d’être membre fondateur. Egalement membre de Cobaty (Association internationale de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Environnement) depuis 2007, et impliqué dans la réflexion sur l’économie circulaire, il adhère de suite à la volonté du Groupe DURET IMMOBILIER de lancer un premier chantier RUPTUR portant sur la « revalorisation des déchets de bâtiment » durant la construction de la résidence Le Séquoia dont VFE est prestataire. Sur le chantier, pas de benne, chacun est responsable de ses déchets. Si le chantier permet de mener des expérimentations sur la gestion et la revalorisation des déchets générés sur place, il pose également la problématique de la gestion de ceux qui reviennent à l’entreprise.

C’est d’ailleurs lors d’une réunion RUPTUR organisée fin décembre 2018 chez VFE, réunion initiée par la municipalité de Dompierre-sur-Yon sur le thème des « Villes en transition », qu’au fil des échanges un nouveau projet est né : celui de mutualiser les déchets des acteurs de la zone pour massifier et ainsi permettre la revalorisation du plus grand nombre. Car si elles sont voisines, les entreprises ne se connaissent par forcément donc ne communiquent pas alors qu’elles sont souvent amenées à rencontrer des problématiques similaires.« L’échange est très enrichissant, nous avons beaucoup à partager » prône Alain BODET. Ce projet consiste à faire travailler en intelligence collective, les acteurs d’une zone économique lors de rencontres et d’échanges pour mutualiser, massifier voire créer des filières et solutionner ainsi des problématiques communes. C’est ainsi que lors de la dernière réunion organisée en juin dernier, 3 déchets vont être réutilisés sans transformation par ces voisins : la doufline (mousse de protection d’emballage) par SERIG, le textile protégeant les mâts d’éclairage par un constructeur de bateaux, les palettes bois par PANNEAUX DECOUPE SERVICES.

VFE, en un an seulement, a mis en place 6 tris supplémentaires, parmi lesquels des incontournables du quotidien tels le marc et les capsules de café jusqu’à la suppression des gobelets et des touillettes. Aussi, elle mutualise désormais le polystyrène, les aérosols et les diluants. « Travailler en collaboratif permet de combiner les connaissances, d’échanger et de mettre en application des bonnes pratiques. C’est la force de l’intelligence collective, une des nécessités fondamentales pour protéger notre planète ! »

www.vfe85.fr