La zone économique BLEUE : L’Eraudière, premier parc d’activité agroécologique de France !

Concilier Développement Economique et préservation de la nature avec l’aménagement de zones économiques « agroécologiques »

 

 Objectifs:

  • Révéler le potentiel économique des zones humides sans en dégrader la fonctionnalité environnementale
  • Intégrer les agriculteurs au sein des parcs d’activités et créer du lien avec les entreprises : eux aussi sont des acteurs économiques !

 

Perçues comme une contrainte pour le développement économique, les zones humides des zones d’activités sont souvent reléguées en second plan et traitées en simples espaces verts, c’est-à-dire inutilisées et coûteuses à l’entretien. Principe clé de l’économie bleue, nous devons cesser de considérer la nature comme une contrainte…  

 

Suite à une rencontre avec Axel DESJARDIN (Optibium) lors d’un atelier créativité RUPTUR dédié à la permaculture en septembre 2018, l’aménageur ORYON a fait le choix de transformer cette contrainte en opportunité économique et écologique dans l’aménagement de la nouvelle zone de l’Eraudière, à Dompierre-Sur-Yon en Vendée.  

 

Avec un principe inédit d’agroécologie développé à l’échelle du parc d’activités et une implication en amont de tous les acteurs concernés (collectivités, Chambre d’Agriculture, entreprises), le concept novateur de l’Eraudière, « zone économique bleue » de 57 hectares, est une première en France !

Installée au cœur du parc d’activité dans un objectif de circularité, une ferme permacole produira des fruits et légumes biologiques distribués en circuits courts directement sur la zone aux salariés des entreprises… grâce au compost généré par leurs biodéchets !

Et si les zones humides sont aménagées…il en va de même pour les espaces verts des entreprises, qui se doivent également de mettre en place des dispositifs agroécologiques, en synergie avec la ferme permacole. Conseillées par un expert en agroécologie, les entreprises ont une « part coercitive », un minimum à respecter inscrit dans le cahier des charges : création de prairies fleuries, réutilisation des déchets verts, etc. Le niveau d’exigence varie ensuite selon la taille de la parcelle, jusqu’à la création d’une mare et d’un potager pour les plus grandes.

 

Il s’agit ainsi d’acculturer les entreprises sur les enjeux de biodiversité, mais également des enfants, recréer du lien entre l’économie et la nature, et favoriser le vivre ensemble. La ferme a vocation a être un espace de présentation, de sensibilisation et de diffusion du savoir quant aux enjeux de production et d’alimentation locale et durable.

 

 

Si vous souhaitez réfléchir avec nous sur ces sujets de société, n’hésitez pas à nous contacter par mail sur mona@ruptur.org 

Plus de détails sur ce projet sur l’outil digital des adhérents RUPTUR.