Jeudi 5 septembre 2019 : atelier Ruptur « Chaleur Fatale » à Montaigu

 

Inutilisable en l’état, l’énergie perdue par les industries, les chambres froides, les bâtiments, les datacenters, etc. représente plus de 109 TWh en France, l’équivalent environ de 25% de la consommation électrique totale de la France sur une année !!

 

Un constat dont Ruptur s’est ainsi saisi pour faire réfléchir et travailler en mode collaboratif sur les manières de récupérer et valoriser cette énergie perdue, lors d’un premier atelier « chaleur fatal » le 5 septembre dernier, qui a mobilisé 23 participants (industriels, entreprises du BTP, bureaux d’études…)

 

 

Optimisation des équipements ou du procédé en interne, réutilisation de la chaleur sur un autre procédé ou équipement du site, et enfin valorisation en externe…autant de manière de valoriser cette déperdition d’énergie – déjà payée !! – généralement rejetée en grande quantité.

 

S’informer et échanger, mais aussi réfléchir et travailler. L’atelier du 5 septembre a permis de faire émerger une dizaine d’idées de projets de valorisation de chaleur fatale, telles que :   

  • Rendre autonome la climatisation des datacenters par échangeur thermique
  • Récupérer l’énergie rejetée d’un processus pour chauffer l’eau des sanitaires
  • Réutiliser la chaleur pour faire de l’aquaculture (gambas, microalgues…)

Cet atelier a d’ailleurs été l’occasion de faire un focus sur les microalgues, une filière de valorisation à fort potentiel :

Si 15 espèces de microalgues sont aujourd’hui produites et commercialisées à l’échelle mondiale dans le secteur de la cosmétique, la santé, mais aussi l’agroalimentaire, il en existe au moins 300 000 dans la nature, avec autant de propriétés différentes. Thierry BEIGNON, directeur de l’entreprise SYNOXIS-ALGAE, nous a expliqué comment les cultiver : capables de réaliser la photosynthèse, ces organismes cellulaires microscopiques se reproduisent dans l’eau avec de la lumière, du CO2, des nutriments, mais aussi…de la chaleur !!

Et si, au lieu de produire de l’énergie pour chauffer les bassins de culture, on valorisait plutôt une énergie déjà existante, la « chaleur fatale » rejetée lors des process de production ou par l’utilisation d’équipements ?

Prochaine étape, lancer un groupe de travail pour concrétiser ces idées !

 

Grand merci à nos intervenants, Stanislas BLANCHARD, référent Energie chez AKAJOULE et Thierry BEIGNON, de SYNOXIS ALGAE, pour nous avoir exposé les enjeux de la chaleur fatale et de la culture de microalgues, ainsi qu’à tous les participants !

 

INFO : Journée Bleue RUPTUR 2019 le 24/09 l’occasion d’échanger de nouveau sur ce sujet et bien plus encore !

Vous souhaitez en savoir plus sur le sujet ? Rejoignez l’aventure RUPTUR !