POLLUTION DIGITALE, LES GESTES QUI PEUVENT FAIRE LA DIFFÉRENCE

Si Internet nous est aujourd’hui indispensable, la facture énergétique de son utilisation quotidienne est colossale. Chaque année, plus de 2000 milliards de mails sont envoyés dans le monde, un chiffre qui ne cesse de s’accroitre avec la démocratisation d’internet à l’ensemble des générations dans le monde entier. 

Et ce n’est pas tout, plus de la moitié de la pollution produite par internet est due au stockage de nos données (un seul data center consomme autant d’électricité que 30 000 habitants européens) et aux milliers de kilomètres de câbles qui constituent notre réseau internet.

S’il était un pays, l’Internet serait le 3e consommateur mondial d’électricité…alors, quels gestes simples à adopter ? Cap ou pas Cap de s’y engager ?

  • E-MAILS: Ne garder que les e-mails nécessaires pour éviter de faire tourner les serveurs inutilement, se désabonner de newsletter qu’on ne lit jamais (sauf celle de RUPTUR bien sûr), envoyer moins de mails ou limiter le nombre de destinataires…
  • RECHERCHES INTERNET: utiliser des moteurs de recherches écoresponsables, comme ECOSIA, ou les français LILO et ECOGINE qui compensent l’émission carbone de la recherche et financent des projets environnementaux et sociaux en affichant des liens commerciaux dans nos résultats de recherche.
  • BOX INTERNET: Débrancher sa box internet lorsque l’on ne l’utilise plus (la nuit, lorsque l’on part en déplacement, en voyage)

Et s’il est important de s’engager dans des pratiques plus environnementales, ce serait encore mieux d’entraîner tout un écosystème derrière nous. Alors, si on se lançait des défis entre nous ? Si on modifiait les conditions de nos appels d’offres ou de nos cahiers des charges pour y inclure un paramètre environnemental ?